header-object 1
 
.

janvier-février 2013

 

26 Février – 11 Mars

 

A l’occasion de la Fête nationale de Bulgarie,

 

l’Institut culturel bulgare présente

 

l’exposition

 

«LE PATRIMOINE DOCUMENTAIRE DE FELIX KANITZ»

Aquarelles et dessins

Vernissage, le 26 février, 19h30-21h00

 

Félix Kanitz (1829-1904)

 

L’exposition « Le patrimoine documentaire de Félix Kanitz (1829-1904) » est créée en résultat de la coopération entre l’Institut culturel auprès du Ministère des affaires étrangères de Bulgarie et l’Académie Bulgare des Sciences. Elle présente des dessins et des lithographies du voyage en Bulgarie de Félix Kanitz – voyageur, ethnographe, géographe, scientifique et peintre. Envoyé spécial du magazine illustré « Illustrierte Zeitung » de Leipzig, Félix Kanitz effectue des voyages dans plusieurs pays européens, dont il lège de nombreux croquis et dessins de la vie et des mœurs en Bosnie, en Herzégovine, en Dalmatie, en Serbie et en Bulgarie. Ses communiqués scientifiques sont hautement appréciés par l’Académie Impériale de Vienne. Il est membre des sociétés de géographie à Dresde, à Saint-Pétersbourg, à Berlin et à Vienne. Pour ses mérites éminents d’explorateur, il est nommé conseiller de l’Empereur autrichien François-Joseph Ier, il est décoré de la médaille « Saint Alexandre » par le Prince bulgare Alexandre Battenberg, il est élu membre honoraire de l’Académie Bulgare des Sciences. En 1860, lors de sa première visite en Bulgarie, suivie de 18 autres, Kanitz fait des descriptions et des dessins fournissant de précieux témoignages sur la vie du peuple bulgare au XIXème siècle et sur un grand nombre de monuments historiques de l’époque. Dans une série darticles, il retrace cette terre inconnue pour lEurope, les luttes du peuple bulgare pour lindépendance politique et pour une Eglise bulgare autocéphale, dresse et dessine des cartes, fait des recherches sur l'ethnographie, sur la toponymie et le patrimoine des différentes régions de notre pays. Ses travaux extraordinaires à caractère historique, ethnographique et géographique, évoquent le résultat de ces voyages. La monographie de Kanitz « La Bulgarie danubienne et le Balkan » est d’une grande valeur. Lithographe surprenant et cartographe extrêmement précis, doté d’une exactitude presque photographique, il dessine des cartes de ses parcours. Sa carte de la Bulgarie danubienne est à tel point détaillée et précise que le Haut Commandement de l’Armée Russe la réimprime afin de s’en servir dans ses actions militaires lors de la Guerre Russo-Turque de 1877-1878. En 1876, prenant la défense du peuple bulgare lors de son Insurrection dAvril contre les ottomans, Kanitz rédige une série darticles publiés dans la presse occidentale. Sa part à la diffusion du patrimoine bulgare en Europe est considérable. L’Académie Bulgare des Sciences succède à ses archives et sa bibliothèque ainsi que, par l’intermédiaire de la légation bulgare à Budapest, à son inestimable collection de dessins, de croquis, de photographies, de monographies et de ses livres. Ses aquarelles uniques, dotées de valeurs historiques, artistiques et documentaires, et représentant des vues de Vidin, de Kulata, de Lom, de Nikopol, d’Oryahovo, de Belogradtchik, de Veliko Tarnovo, de Provadia, de Varna, de Stara planina, les environs de Svichtov, de Troyan, et du Balkan de Shipka, attirent lintérêt des chercheurs bulgares et étrangers. Tous ces croquis sont par suite agrandis et coloriés par des artistes viennois.

 

Félix Kanitz. Le Monastère de Troyan

 

 

 

Le 16 Février, 18h00

 

Concert de chambre

de

LILIA BOYADJIEVA - piano

Entrée libre

Programme: L. V. Beethoven. Sonate N 7 Op.10, N 3; L. V. Beethoven. Sonate N 32, Op. 111



 

 

 

Lilia Boyadjieva

Les critiques sont sans ambiguïté : puissante et délicate, maîtrisée et idiomatique”, “concentration sur l'objectif et contrôle dynamique audacieux”, “lecture lyrique, changeante autant que puissante”, “puissance d'expression alliée à de la tension émotionnelle extrême”. Originale, inventive, audacieuse, subtile, Lilia Boyadjieva captive, surprend, dérange parfois, mais ne laisse jamais indifférent. Son répertoire s’étend de J.S. Bach - un de ses compositeurs de prédilection - aux créations musicales du 20e siècle, pour lesquelles elle éprouve une affinité particulière – elle a travaillé les œuvres de Samuel Barber, Chostakovitch et la plupart des compositeurs bulgares et grecs de façon exhaustive - en passant par les œuvres classiques, romantiques et postromantiques. Lilia Boyadjieva, a effectué ses études musicales à Sofia, sa ville natale. Elle se perfectionne ensuite auprès de Théodore Gutman au Conservatoire "Tchaïkovski" de Moscou. Lilia est lauréate des concours internationaux Vianna da Motta (Lisbonne), Maria Callas (Athènes), Senigalia (Italie). La pianiste mène une brillante carrière de concertiste, principalement en Europe. Invitée de prestigieux festivals (Montpellier, Auvers-sur-Oise, Sofia, Athènes, Dublin), elle se produit en récitals, en soliste avec orchestre, en musique de chambre. Les radios et télévisions de différents pays diffusent ses concerts à de nombreuses reprises. Pédagogue appréciée, Lilia Boyadjieva a été professeur à l'Académie Musicale de Sofia, à Athènes et à Paris (CNR, Schola Cantorum). Elle donne de nombreuses Master-Class en Grèce, en France et aux USA. Le label américain ARTEK Recordings a récemment publié son CD "Autour de la Fugue" – parcours polyphonique de Bach à nos jours – merveilleusement mis en valeur par le talent exceptionnel de Lilia Boyadjieva. Un CD Chostakovitch (2ème Sonate, 24 préludes et 3 danses fantastiques) a été réalisé par le même label en 2009.

 

 

12 février – 22 février 2013

 

EXPOSITION

de RALITZA DENCHEVA. « ETERNITE SILENCIEUSE »

Vernissage – le 12 février, 19h30-21h00

 

Dans son exposition « Eternité silencieuse », Ralitza Dencheva présente de la peinture à l’huile et des aquarelles, dont les sujets et les images sont empruntés aux contes bulgares et au folklore bulgare.

 

Ralitsa Dentcheva. Portrait de jeune femme au parapluie.

Ralitza est née en 1970 à la ville de Roussé. Elle est diplômée de l’Université de Véliko Tarnovo, Spécialité « Peinture et Esthétique ». Son domaine préféré de travail est la peinture à l’huile et les aquarelles. Le parcours professionnel de Ralitsa comprend plus de 20 expositions individuelles et 5 cinq livres, dont elle est l’auteur des illustrations. Ses tableaux font partie des collections privées en Allemagne, en France, à Prague, à Budapest, en Suisse, en Amérique, en Russie etc.

 

Ralitza Dencheva

 

 

15 Janvier – 8 Février

 

EXPOSITION

 

« INA DAMYANOVA »

Vernissage le 15 janvier, 19h30 -21h00


 

Ina Damyanova

Notre connaissance avec Ina Damyanova pourrait commencer ainsi : « …Je me redis au fond de moi-même que ce ne sera pas toujours ainsi. Je le fais aux moments de bonheur ou de malheur. Même si je vais bien, je ne perds jamais mes moyens, et lorsque je vais mal, j’ai conscience que tout passera. J’aime la montagne, et surtout les Rhodopes, mes lieux révérés pour m’égarer… ».

Ina Damyanova est peintre et designer. Elle œuvre dans le domaine des arts visuels, de la sculpture et de la céramique. Son style de créatrice, bien particulier se dégage sous de différents matériaux. On découvre les œuvres de Ina au Centre dArt Hugo Vouten en Belgique, ainsi que dans bien dautres collections privées en Bulgarie, en France, en Allemagne et en Espagne. Diplômée de l’Art Collège de Sofia dans la spécialité « Arts appliqués et design », elle vit et travaille en Bulgarie. Ses œuvres, exposées à l’Institut Culturel Bulgare à Paris du 15 janvier au 8 février sont organisées autour des deux thèmes : « Réversibilité corporelle » et « Empreintes corporelles ».

« … Les matériaux que j’utilise lors de la création de mes œuvres de l’installation lumineuse « Réversibilité corporelle » sont significatifs pour moi. Ils sont liés à la pratique de l’abattage de millions d’arbres, dont « la chair » j’utilise et je les ramène à leur substance d’origine naturelle afin qu’ils vivent au rythme de la nature.

Le deuxième thème de mon exposition tend vers le cycle « Empreintes corporelles ». Bien que seuls, nous nous approchions de milliers de gens en espérant que quelqu’un occupe le creux de notre imparfaite et la plus belle moitié. Nous aspirons à l’amour et languissons le restant de notre vie remplie de moments de plus en plus fugaces. »

Le récit pour Ina pourrait se terminer ainsi : Les corps d’éclairage de Ina Damyanova ont une existence mystérieuse, pareille aux fleurs de la petite Ida du conte de Hans Christian Andersen. Ils dansent dans le noir, diffusant des lumières magiques, libres, éphémères, mais aussi ailées. Ce sont ses esprits bénéfiques – plutôt des modelages de lumière que des luminaires.

 

Ina Damyanova. « Le Nœud Corporel I. »

 

HORS LES MURS

Le 10 et le 11 janvier 2013 à 19h45

Soirée théâtrale avec la Compagnie Théâtrale Famille Mundi, qui présente

LA PLUS AMUSANTE ET AFFLIGEANTE TRAGEDIE DE ROMEO ET JULIETTE

Lieu : Centre d’animation les Halles-le Marais. 6-8, place Carrée, Niveau 3. Forum des Halles. Porte Saint-Eustache ou Porte Pont Neuf, Métro/RER Les Halles. Réservations tél.: 01 40 28 18 48

La plus amusante et affligeante tragédie de Roméo et Juliette est une adaptation du texte de Shakespeare. Le titre du spectacle fait allusion au titre sous lequel la pièce a été publiée en 1599 The most excellent and lamentable tragedy of Romeo and Juliet.

Mise en scène et adaptation: Dimitar Uzunov. Chorégraphie: Yun Seon Hong ; Musique originale: François Miens ; Création vidéo: Raphaël Firon, George Varsimashvili ; Costumes: Gisèle Mert ; Régie son/lumière: Thomas Junca ; Administration et communication : Liza Loisel ; Chargée de diffusion: Claire Moioli. Avec la participation de: Ioana Jarda, Karine Kadi, Imer Kutllovci, Trung-Tien Lê, Mehdi Meresse, Joël Pereira, Dhia Rajeb, Cemile-naz Simsek. La plus amusante et affligeante tragédie de Roméo et Juliette est le troisième spectacle de la compagnie Famille Mundi. En 2009, la compagnie a monté Le Songe, adaptation du Songe d’une nuit d’été de W. Shakespeare. L’année suivante, ce spectacle gagne le Grand Prix du Festival du Théâtre Universitaire à Nice. En 2010, a vu le jour Qui a peur de Virginia Woolf ? de Edward Albee et accueilli bien par le public et la critique. Famille Mundi cherche à représenter et à incarner l’esprit multiculturel de la ville de Paris d’aujourd’hui. Ainsi, la compagnie est constituée de comédiens et de créateurs qui ont des racines culturelles très diverses. Depuis sa création en 2008, plus que 15 pays ont eu des participants dans ses projets (le Brésil, la Bulgarie, le Canada, le Chili, Chypre, la Corée du Sud, l’Espagne, les Etats-Unis, la France, la Géorgie, le Japon, le Kosovo, le Mexique, la Pologne, la Roumanie, la Serbie, la Tunisie, la Turquie).

Dimitar Uzunov est né 1978, en Bulgarie. Depuis 2004, il vit à Paris. Dimitar a fait ses études à l’Université de Paris & Saint Dennis VIII et à Brooklyn College, New York.


 

Plus d'articles...

Inscription à la newsletter

Anti Spam question: Quel est le nom de la capitale de Bulgarie?
Nom, Prénom :
Email:

eunic-logo-110x150.png

 22b0b1_859ddd120c3f4e718f6878e4b36d01a6.png

 logo_offi.gif

Téléchargez le programme ici:

JOURS FÉRIÉS 2018 :

 

Le 1 janvier

Le 3 et le 5 mars

Le 6 et le 9 avril

Le 1, le 6, le 7 et le 24 mai

Le 6, le 22 et le 24 septembre

Le 24, le 25 et le 26 décembre 

fblogo4
 

Copyright © 2015. All Rights Reserved.

Designed by: ALEXANDRE IVANOV