header-object 1
 
.

mars-avril 2016

« DES DESSINS ET DES MOTS »
EXPOSITION GRAVURES ET DESSINS DE L’ARTISTE-PEINTRE BULGARE ZAHARY KAMENOV


image70

 

Lе peintre bulgare Zahary Kamenov est un artiste à l'esprit moderne qui recherche constamment les nouvelles voies d'expression. Il œuvre dans le domaine du dessin, la céramique et la peinture: Les élans de sa créativité et l'immuabilité de sa conscience artistique donnent le jour à des œuvres intemporelles présentant ses valeurs spirituelles. Zahary a présenté plus de 50 expositions individuelles ou collectives en Asie, en Amérique, en Europe, et en Bulgarie. Depuis 1987 il expose dans plusieurs galeries japonaises. Ses œuvres font partie des collections de la Galerie nationale de Beaux-arts de Sofia, du Musée d'art contemporain d'Egypte, du musée „Pouchkine“ de Moscou, de la fondation Michetti - Italie, la fondation George Ekli-Paris, le musée Kofita de Tokyo, le Statis musée-Otaro, Japon, la galerie „Uffizi“ de Florence: Il vit et travaille à Sofia. L'exposition "Des dessins et des mots" présente deux cycles de dessins - Livre de bibliophilie d'après les vers du grand poète bulgare Boris Christov intitulé „Des mots, de l'argile et des graffiti”, composé de 22 vers et dessins et un cycle de dessins d'après la musique de Ryuichi Sakamoto, une approche de la culture japonaise riche en traditions artisanales qui en même temps laisse une impression d'espace moderne dans tous les aspects de la vie.

 

 

Exposition du 23 mars au 18 avril. Entrée libre

LE FESTIVAL PARIS MUSIC & L'INSTITUT CULTUREL BULGARE PRÉSENTENT LE CONCERT DU DUO ENCHANTÉ

 

image6par

Au programme des œuvres de Joaquin Rodrigo, Claude Debussy, Issac Albeniz, Georges Bizet.
Les deux professeures Sylvia Hsiang-Tai Chu et Hsiao-Ting Huang de la Chinese Cultural University, Taïwan se sont rencontrées à Paris en 1992 quand elles étaient étudiantes à l'École normale de musique dans la classe du prof. Marie-Pierre Soma. Elles forment un duo de pianistes et remportent le prix national français du Concours de piano à quatre mains "Les Clés d'Or du Piano".
En 2005 et 2007 elles enregistrent deux CD - "French Images" et "Promenade en France", édités par Yves-Alexandre Bardovski, pianiste et spécialiste de musique. Voici le commentaire de M. Bardovski sur le programme du duo: "Les pianistes forment des duos pour partager la joie de jouer ensemble. J'espère que le public appréciera les interprétations inspirées du "Duo Enchanté". Les deux pianistes donnent de nombreux concerts dans le monde entier.

 

 

 

 

Concert du Duo enchanté le 19 mars à 18h30.
Entrée libre à la limite des places disponibles
Le concert commence à l’heure précise. L’accès des spectateurs retardataires peut être refusé.

SOIRÉE LITTÉRAIRE AVEC LES VINGT-DEUX RÉCITS DU RECUEIL « LA VALISE DE MON FRÈRE. HISTOIRES DE ROUTE »

 

 

La soirée se déroulera en bulgare
Le comédien GUERASSIM DICHLIEV et l'éditrice NEVENA DICHLIEVA-KRASTEVA présente l'évènement de l'été littéraire 2015 le recueil „La valise image5kufde mon frère. Histoires de route“.
Nous allons essayer de répondre aux questions suivantes:
Quelle langue utilisent nos enfants pour se chamailler?
Quels sont les lieux où l'on "retourne" et ceux où l'on est "rentré chez soi"?
Le sens du mot „émigration“ a-t-il changé?
Qu'avons-nous sacrifié pour partir et qu'aurions-nous sacrifié pour rester?
Le recueil „La valise de mon frère “ comprend vingt-deux récits portant sur le sens actuel du mot "émigration" et sur la route. On y parle de la langue qui nous fait nous sentir chez soi, des valises que nous trimballons d'une ville à l'autre ou d'un pays à l'autre. Un livre sur l'émigration physique et celle de l'âme, sur les passeports et les frontières. Dans ce recueil on trouve des œuvres d'auteurs bulgares connus comme Gueorgui Gospodinov, Yavor Gardev, Ivo Ivanov, Kapka Kassabova, ainsi que d'auteurs moins connus en Bulgarie dont les mots nous touchent, dont les confidences intimes nous ébranlent.
Les auteurs ont des sensibilités et des destins variés, mais ils nous parlent de la voie qu'ils ont choisie, ils ouvrent leur valise. Ils ne sont pas uniquement Bulgares, pas uniquement écrivains et pas uniquement émigrants de longue date.
Les auteurs de ce livre sont traducteurs, scénaristes, dramaturges, cinéastes, acteurs, journalistes, photographes. Des Bulgares qui vivent aux quatre coins du monde, un Maltais qui vit en Belgique, un Iranien basé au Canada, un Indien né au Royaume-Uni, une Vietnamienne qui parle le image4bulgare mieux que personne et qui vit à Barcelone.
Le titre du recueil est un clin d'œil au spectacle de Guerassim Dichliev „Le monologue à la valise“, spectacle de mime sur son voyage de Svilengrad à Paris.
Les Editions ICU ont été fondées en 2010. Elles publient des œuvres qui ont pour thème la patrie, les racines, l'identité, l'interaction entre les cultures.
Nevena Dichlieva-Krasteva est traductrice d'œuvres littéraires de l'anglais vers le bulgare. Elle est la propriétaire des éditions ICU. Elle a fait ses études à l'Université de Sofia et à la Nouvelle université bulgare. Elle a traduit plus de 40 livres anglophones d'auteurs contemporains comme Philippe Roth, Jeoffrey Eugenides, Zadie Smith, Rana Dasgupta, Chris Cleave, Pierre Mejlac. Sa traduction des „Créateurs de mémoire“ de Geoffrey Moore a obtenu le prix spécial „Krastan Diankov“, inauguré par la fondation „Elisabeth Kostova“. Elle vit à Sofia, mais elle se sent chez soi dans la maison de son enfance à Botevgrad.
Entrée gratuite. Le 9 mars à 19h00. L'évènement se déroule en bulgare

 

Soirée littéraire le 9 mars à 19h00. Entrée libre à la limite des places disponibles
La soirée se déroulera en bulgare

«TO STEP ON MONT BLANC»


Projection du film documentaire, dans le cadre de la Semaine des cinémas étrangers 2016, 2010 Bulgarie 32’image2567

https://www.youtube.com/watch?v=_BQFf0dloVs
Scénario: Miroslava Ivanova
Réalisation: Miroslava Ivanova, Alexandra Nenkova et Vesselka Kiriakova.
Opérateurs: Petko Totev et Radoslav Iliev


La projection aura lieu en présence de deux alpinistes bulgares Yvan Kojouharov et Kiril Doskov à Goethe-Institut 17, av. d'Iéna, Paris 75016, Métro Iéna. Entrée libre


Le 8 septembre 2009, à 16h17, Yvan Kojouharov (en chaise roulante depuis 1990 suite à un accident de montagne) avec ses formidables amis - 33 alpinistes bulgares ont franchi le plus haut sommet des Alpes - le Mont Blanc (4’810 m). Cette ascension qui a permis à un homme en chaise roulante d’arriver au sommet du Mont Blanc (4'810 m) fut un succès unique en son genre. Une ascension basée sur la solidarité, l’amitié, les rêves, les valeurs et les responsabilités partagées, l’abnégation de toute l’équipe afin d’atteindre cet objectif quasiment impossible.

 

image3.jpg
« Après cette expérience, je peux encore confirmer - Oui, nous pouvons :
- rêver;
- affronter les défis les plus difficiles;
- étudier, programmer et réaliser un projet novateur;
- se donner à fond et travailler avec dévouement afin d’atteindre les objectifs fixés;
- partager les efforts, les moments difficiles et les risques;
- choisir de poursuivre nos objectifs et nos rêves jusqu’au bout;
- continuer à progresser malgré toutes les difficultés et les obstacles.
Ce sont ces mêmes qualités et relations humaines qui nous permettent de construire des liens solides et honnêtes avec nos proches, nos amis et nos partenaires.
Ceux qui nous permettent d’aller en avant et d’affronter avec succès les problèmes quotidiens dans notre vie de tous les jours». Yvan Kojouharov
Projection du film le 7 mars, 18 h 30 Goethe-Institut.
Entrée libre
Adresse: 17, av. d'Iéna, Paris 75016, Métro Iéna Goethe- Institut

« LES GENS D’OZ » Spectacle théâtral
11Mise en scène Galin Stoev / Texte Yana Borissova. Avec Edwige Baily, Yoann Blanc, Bérangère Bonvoisin, Vincent Minne, Tristan Schotte. Traduction du bulgare: Galin Stoev et Sacha Carlson
Les gens d’Oz vivent dans un immeuble étrange, presque vivant, qui “regarde et observe ses occupants”. Au centre du réseau, Anna, écrivaine célèbre qui a cessé d’écrire. Autour d’elle gravitent un pianiste un peu marginal, un rentier oisif, une jeune femme qui rêve de rencontrer la star de la littérature et un amoureux. Yana Borissova est sans doute l’auteure la plus importante de sa génération en Bulgarie. Elle situe ses fictions en retrait, en repli. Les personnages de la pièce semblent craindre la passion tout autant que la froideur d’une société dont on sent en creux, autour d’eux, le désenchantement. Pourtant, ils tentent d’inventer des zones de tendresse. C’est l'aspect presque documentaire de cette écriture, ainsi que son humour, qui attirent Galin Stoev. Ces “fragments d’entretiens dont on peut modifier la suite suivant le goût, le désir, ou l’humeur” invitent à une proximité presque cinématographique. Mais ces êtres qui ne veulent surtout pas montrer combien l’amour leur importe, ne cousinent-ils pas aussi avec des personnages que Galin Stoev a souvent rencontrés – ceux de Marivaux aussi bien que ceux de Tchekhov?
Coproduction Fingerprint (Compagnie Galin Stoev), Théâtre de Liège, La Colline–Théâtre national, théâtre Les Tanneurs. Avec le soutien de la Fédération Wallonie-Bruxelles – Service Théâtre et en partenariat de l’Institut culturel bulgare à Paris

 

 

Au Théâtre national de la Colline. Du 3 mars au 2 avril 2016, du mercredi au samedi à 20h, le mardi à 19h et le dimanche à 16 h. http://www.colline.fr/fr/spectacle/les-gens-doz

20 invitations pour une personne à gagner pour le jeudi 10 mars à 20h en téléphonant
au 01 44 62 52 00 ou par mail Cette adresse email est protégée contre les robots des spammeurs, vous devez activer Javascript pour la voir. en mentionnant le code «ICB »

Plus d'articles...

Inscription à la newsletter

Anti Spam question: Quel est le nom de la capitale de Bulgarie?
Nom, Prénom :
Email:

eunic-logo-110x150.png

 22b0b1_859ddd120c3f4e718f6878e4b36d01a6.png

 logo_offi.gif

Téléchargez le programme ici:

JOURS FÉRIÉS 2018 :

 

Le 1 janvier

Le 3 et le 5 mars

Le 6 et le 9 avril

Le 1, le 6, le 7 et le 24 mai

Le 6, le 22 et le 24 septembre

Le 24, le 25 et le 26 décembre 

fblogo4
 

Copyright © 2015. All Rights Reserved.

Designed by: ALEXANDRE IVANOV