novembre-décembre 2012

Soirée cinéma, organisée en collaboration avec Les Rencontres Henri Langlois

 

Le 13 Décembre 19h00

 

Soirée cinéma, organisée en collaboration avec Les Rencontres Henri Langlois

 

PROJECTION des films bulgares:

Tir, Shooting Gallery, fiction, 21 min

With You, animation, 8 min

The Little Prince, documentaire, 12 min

Autopsy Room 4, fiction, 16 min

Aller - retour, fiction, 25 min

 

Rencontres Henri Langlois. Faire la fête au jeune cinéma: tel est le credo des Rencontres Henri Langlois. Courts ou longs, docs ou fictions, le Festival sélectionne pour la Compétition les meilleurs films des écoles du monde entier. Sur plus d’un millier d’œuvres reçues, seules les plus abouties, les plus fortes, les plus étonnantes seront choisies pour faire de Poitiers l’écran des meilleurs films de la jeune génération de cinéastes du monde. Et ce n’est pas un hasard si, après les Rencontres Henri Langlois, films et auteurs primés continuent leur chemin dans les plus grands festivals. Pascale Ferran, Noémie Lvovsky, Arnaud Desplechin ont notamment fait leurs premières armes à Poitiers. Leçon de cinéma, hommage à une cinématographie, courts métrages en séances spéciales, projections et rencontres sont aussi à l’affiche de chaque édition. Un programme d’éducation à l’image est proposé tout au long de l’année. www.rihl.org

 

TIR, SHOOTING GALLERY de Radoy Nikolov. 2005, 21 min. Fiction couleur. Scénario: Radoy Nikolov. Image: Nenad Bordevic. Son: Aleksiev Blagomiv. Montage: Radoy Nikolov, Nina Attaparmakova, Zina Nacheva. Décor: Teodora Parvanova. Musique: Aleksiev Blagomiv. Interprétation: Rusi Chanev, Simeon Kamberov, Tsenko Minkin, Stanislav Stanev, Peter Gaytangiev, Said Askari, Dgavad Nairi.

Espérant trouver un endroit pour vivre dans la dignité, un groupe de réfugiés voyage dans la remorque d’un camion. Cependant, à l'intérieur de celui-ci ce n’est pas la délivrance tant attendue…

Compétition internationale Rencontres Henri Langlois 2006

 

Radoy Nikolov est né le 20 Avril 1973 à Sofia.

 

 

WITH YOU de Silvia Vladimirova. 2011, 8 min. Animation noir & blanc. Scénariste : Silvia Vladimirova. Chargée d’animation: Silvia Vladimirova. Montage: Silvia Vladimirova. Son: Silvia Vladimirova.

Un petit toit solitaire trouve ses amis hauts dans le ciel !

 

With You

Sylvia Vladimirova est née en 1980, elle a réalisé plusieurs films d’animation à la NAFTA et With You est son film de fin d’études. Sylvia est aussi peintre.

 

 

THE LITTLE PRINCE de Filip Andreev. 2010, 12 min. Documentaire couleur. Scénario: Filip Andreev, Stanimir Velikov. Image: Polina Vasileva. Montage: Veselka Kiriakova. Interprétation: Emil-Edouard Mitov.

Emil-Edouard est un bohémien au passé glorieux. Intelligent et libre, c'est un homme qui aime les femmes. Mais est-ce seulement un personnage qu’il se créé afin de fuir sa réalité de drogué solitaire et sans but…

 

 

Filip Andreev est né le 23Juillet 1985 à Sofia. Il a participé au: Jameson Short Film Selection at the 14th International Sofia Film Fest (2010); The Monterrey International Film Festival, Mexico 2010. Les prix: Audience Award "Silver Sea-Gull" for best Bulgarian Short Film at the 8th International Sofia Film Fest at the Coast (2010); Special Award of the Governor of the Burgas Region at the 8th International Sofia Film Fest at the No Budget Competition of the 27th Hamburg International Short Film Festival (June 7 - 13 2011). Coast (2010)

 

 

AUTOPSY ROOM 4 de Dimitar Dimitrov. 2011, 11 min. Fiction couleur. Scénario: Maya Nedelcheva, Dimitar Dimitrov. Image: Boris Slavkov. Montage: Kevork Aslanyan. Son: Boris Atanasov. Musique: George Strezov. Interprétation: Angel Georgiev, Krasimira Kuzmanova, Kalin Vrachanski, Ivailo Zahariev.

Le fortuné Geno est mordu par un serpent pendant une partie de golf et fini par être emmené à la morgue. Il est entre les mains d’une intransigeante et sexy pathologiste et de son assistant. Le seul problème est que Geno est toujours en vie…

 

Dimitar Dimitrov est né en 1986 et a déjà réalisé 3 courts métrages. Autopsy Room 4 est son film de fin d’études à la NAFTA.

 

 

L’Aller retour (Posrednikat) de Dragomir Sholev. 2008, 25 min. Fiction couleur. Scénario: Dragomir Sholev. Image: Nenad Boroevich. Montage: Lily Toneva. Son: Neno Nenov. Interprétation: Koina Ruseva, Dean Donkov, Aleksander Markov

Alex, 13 ans, ne peut pas trouver de place pour mettre son vélo dans les appartements de ses parents séparés.

 

 

 

Né en 1977, Dragomir Sholev est diplômé de l’Académie Nationale de Théâtre et de Cinéma. Assistant sur de nombreux longs métrages et vidéo-clips, il se lance en 2002 dans la réalisation de ses propres films. L’Aller-retour est son film de fin d’études, programmé dans de nombreux festivals, et en 2010, il signe Shelter, son premier long métrage, qui a remporté le Prix de la mise en scène au Festival de Bratislava en 2010.

 

 

 

Le 1 Décembre, 18h00

 

CONCERT DE CHAMBRE EN HOMMAGE DE TANIA PANDOVA -pianiste bulgare

Etienne ESPAGNE – violon

Nadja WATCHEVA – HÖBARTH - piano

Entrée libre

Programme : "Musique du 20ème siècle"- Alban Berg (1885-1935) Concerto pour violon "A la mémoire d'un ange" andante – allegretto, allegro – adagio ;- Maurice Ravel (1875-1937) Sonate pour violon et piano Allegretto Blues. Moderato Perpetuum mobile; Court Entracte; Georgi Zlatev-Cherkin "Sevdena"; Claude Debussy 1 - Allegro vivo. 2 - Intermède. Fantasque et léger 3. Finale. Très animé.

Etienne ESPAGNE a fait ses débuts à l’âge de 16 ans dans le grand amphithéâtre de la Sorbonne avec le concerto pour violon de Tchaikovsky. Il a depuis joué en récital et en soliste en Allemagne, Autriche, Russie, Suisse, France, Hollande, Chili, Japon et aux Etats-Unis. Depuis septembre 2010, il se perfectionne à Vienne (Autriche) auprès de Michael Frischenschlager, au sein de la Universität Für Darstellende Kunst.

Après des études de violon et de musique de chambre au Conservatoire de Région de Paris, auprès de Bertrand Cervera et de membres du Quatuor Ysaye, Etienne Espagne bénéficie d’une bourse des Fondations Georges Lurcy et Florence Gould pour partir étudier au sein du New England Conservatory de Boston (USA), où il obtient en 2010 un Master of Music avec « Academic Honors ». Il s’intéresse alors particulièrement au répertoire russe, grâce à son Professeur Valeria Kuchment, étudie la musique de chambre auprès de Paul Katz et Vivian Weilerstein et découvre la composition et l’écriture avec Michael Gandolfi, John Harbison et Elliott Carter.

Etienne Espagne s’est également produit dans de nombreuses master-classes, en particulier auprès de Pamela Frank, Glenn Dicterow, Sashko Gawriloff, Régis Pasquier, Renaud Capuçon. Il a participé aux Holland International Music Sessions, au Orford Music Festival (Canada), aux Académies de Sion (Suisse), de Nancy (France) et des Arcs (France). Il a créé il y a huit ans le Festival en Velay, qui propose tous les étés des programmes de musique de chambre dans les cadres naturels et historiques de la Haute-Loire.

Son violon a été fabriqué par le luthier français Charotte-Millaud, dans la première moitié du 19ème siècle.

Nadja WATCHEVA – HÖBARTH naît en Bulgarie dans une famille de musiciens (son père Stefan Watchev était Chef d’orchestre et sa mère Tatjana Watcheva composa de nombreux lieder). Elle commence à jouer du piano à l’âge de sept ans, puis fait ses études à l’Académie de Musique de Sofia avec Ljuba Entcheva, elle-même élève d’Edwin Fischer. Elle en sort en 1982 avec un Diplôme de piano, de musique de chambre et d’accompagnement. Parallèlement, elle suit les cours des académies d’été à Weimar (1974-81) et à Vienne (1982) avec le fameux pédagogue Prof. Dr. Josef Dichler où elle gagne notamment le concours des „Internationalen Musikseminars“. De 1983 à 1987, elle poursuit ses études à la Musikhochschule de Vienne avec le professeur Noel Flores et reçoit en 1986 une bourse d’étude du ministère des Sciences et de la Recherche.

Depuis 1986, Nadja Watcheva– Höbarth est corépétitrice dans le département des cordes de l’Universität für Musik und darstellende Kunst de Vienne. A ce titre, la musique de chambre et l’accompagnement au piano deviennent ses principales activités. Elle est la partenaire privilégiée de nombreux jeunes musiciens et joue avec eux lors de nombreux concerts, dont certains retransmis à la radio et à la télévision autrichienne. En outre, elle est membre active de diverses académies et concours internationaux, comme l’académie d’été Prague-Vienne-Budapest à Semmering, le séminaire de musique de Vienne, le concours international de violon « Fritz Kreisler », le séminaire international de musique de Prussia Cove en Angleterre ou encore l’académie d’été de Bad Leonfeld.

Nadja Watcheva – Höbarth s’est également produite en concert dans de nombreux pays d’Europe, ainsi qu’au Mexique et au Japon.

«IASSEN GHIUSELEV, L’AUTRE VIE DE L’ILLUSTRATION LITTERAIRE»

 

29 Novembre 2012 - 6 Janvier 2013

 

EXPOSITION

 

«IASSEN GHIUSELEV,

L’AUTRE VIE DE L’ILLUSTRATION LITTERAIRE»

Vernissage de l'exposition le 29 novembre 19h30-21h00

 

« L’Illustration littéraire, que je fais, présente d’une manière personnalisée mes recherches artistiques. J'essaie d’y apporter tout ce qui m’est cher en tant qu’artiste, toute mon imagination créative en interprétant chaque texte comme unique ... "- tel est le crédo artistique de Iassen Ghiuselev.

Iassen Ghiuselev

 

Né le 24 juillet 1964, dès son jeune âge, Iassen, fils du célèbre Bass d’opéra Nicolas Ghiuselev entre dans le monde des arts. Diplômé de l'Académie Nationale des Beaux-Arts à Sofia, au début de sa carrière, il est engagé par de grands éditeurs, tels que Walker Books à Londres et Simply Read Books à Vancouver. Inspiré par l’art de la Renaissance et des meilleures écoles de réalisme du XIX siècle, Ghiuselev crée des illustrations sur demande des maisons d’éditions à Berlin, à Hambourg, à Taipei.

Alice au pays des merveilles

Son design graphique des contes, les plus célèbres, ainsi ses cartes de Tarot deviennent un événement artistique dans le monde de l’art de l’illustration littéraire. Iassen est nommé le Maestro de cet art à Milan, Turin, Florence, Venise. Dans le catalogue mondial des maîtres de l'illustration, la présence de Iassen Ghiuselev est d’une grande valeur. Après plus de 100 illustrations de "Oliver Twist", l'artiste revient vers « Les Grandes Espérances » de Dickens. Un art exquis et une vision artistique exceptionnelle caractérisent ses illustrations des œuvres de Carlo Collodi et Pouchkine, de Cervantès, et Dickens, des Frères Grimm, mais aussi des écrivains comme Oscar Wilde et John Ruskin.

 

La première de « Alice au pays des merveilles

En Amérique ses illustrations de «Alice au pays des merveilles» sont appréciées comme «l'une des interprétations visuelles, les plus brillantes de Alice».

L’Institut culturel bulgare vous propose un voyage au Pays des merveilles de Iassen Ghiuzelev du 29 novembre au 6 Janvier. Les fabuleuses images de Iassen Ghiuzelev vous raconteront des contes magiques et bien aimés par vous.

Alice au pays des merveilles

 

www.iassen.com

 

 

 

 

 

Présentation du livre « Le Fugitif»


Le 15 Novembre 19 h30

 

Présentation du livre « Le Fugitif»

En présence de l’auteur du livre Mme Diana DINOLOVA

«Le Fugitif» raconte une histoire, qui date de la période des premières années après la fin de la Deuxième guerre mondiale. C’est l’histoire de l’invasion d’un jeune Bulgare Petar Gorgatchev à travers les frontières de la Bulgarie, de la Turquie, de l’Italie jusqu’à la France. Cette évasion de Petar Gorgatchev se termine avec son arrivée en France, qui devient sa deuxième patrie. Ici, il rencontre son grand amour Hélène et ils fondent leur famille à Paris. Dans la deuxième partie du livre, l’histoire est transmise par Helène Gorgatchev. Le lecteur découvre la vie quotidienne de la famille Gorgatchev, qui se bat pour sa survie dans ce pays ravagé par la Guerre. Le récit nous emmène vers les démarches de réussites et les démarches d’échecs des deux protagonistes.

Il est question d’art – l’art de faire des affaires.

Il est question d’amour – vers son prochain et l’humain en général.

 

 

 

 

Diana DINOLOVA est née à Sofia. Elle fait des études de journalisme et lettres bulgares à l’Université de Sofia Saint Clément d’Ohrid. Pour très longtemps, Diana travaille comme rédactrice en chef du programme de Radio National Bulgare spécialisé pour les bulgares à l’étranger. Son premier livre «28 portraits» qui raconte l’histoire des émigrés bulgares en Hongrie, apparait en 1998. «Le Fugitif» est son deuxième livre, édité en 2000. Diana Dinolova crée des scénarios des documentaires. Elle fait son début avec le film «Téo» (2008) en hommage du réalisateur Teodor Radewski. Le documentaire «Autoportrait de dos » / 2011 / est consacré à l’artiste-peintre Latchezar Ochavkov. Le dernier film de Diana «La musique se produit» parle d'un groupe de musiciens de Stockholm.

LE JARDIN DES ESPERANCES ET LA PORTE D’EN FACE


Le 10 Novembre 18h00 - 20h00

Dans le cadre de la première édition du Festival multidisciplinaire autour de la poésie « Poésir–les cinq sens de l'écriture » qui aura lieu du 7 au 11 novembre dans différents instituts étrangers à Paris, l’Institut culturel bulgare à Paris organise

 

Soirée poétique avec Kristin Dimitrova

 

«LE JARDIN DES ESPERANCES ET LA PORTE D’EN FACE »

Poésie et musique dans « La porte d’en face »

www.poesir.org

Née en 1963, à Sofia, Kristin Dimitrova est journaliste, enseignante, auteur de poésies et de prose, traductrice. Diplômée en philologie anglaise à l’Université de Sofia « St Clément d’Ohrid », elle enseigne au sein du département des « Langues Occidentales » à l’Université de Sofia. En 2004 -2006, elle est rédacteur de l’annexe littéraire « Art Travail ». En 2007-2008, travaille comme journaliste pour le journal « Klassa ». Son nouveau recueil de poèmes « Le jardin des espérances et la porte d’en face » est récemment sorti aux éditions Colibri. Kristin est auteur de nombreux ouvrages de poèmes, des romans, des scénarios de films, des traductions. Elle a remporté cinq prix de poésie, trois prix de prose et un prix de traducteur. Des poèmes et des récits de Kristin Dimitrova sont traduits en anglais, en arabe, en biélorusse, en grec, en hébreux, en islandais, en espagnol, en italien, en chinois, en lituanien, en macédonien, en allemand, en persan, en polonais, en roumain, en russe, en slovène, en serbe, en turc, en hongrois, en français, en hollandais, en tchèque et en suédois. Ayant fait la lecture de ses poèmes en Europe, en Amérique, en Chine, dans les bars, les bibliothèques, sur les bateaux, sur les plateaux de théâtre, dans les cafés, les universités, aux festivals littéraires, dans les ambassades, les châteaux, en plein air, dans les galeries de beaux-arts, au centre d’un manège de chevaux, même au Bain Central de Sofia, Kristin vous invite à la rencontrer et à découvrir sa poésie à l’Institut Culturel Bulgare, le 10 novembre 2012, à 18h. Vous êtes les bienvenus !

Outre son talent d’auteur, Kristin est une personne épanouie, un cas exceptionnel, parmi tant d’autres écrivains, associant harmonieusement les deux talents – créatrice de poésie et de prose vigoureuses et faisant partie de ces êtres humains lesquels aux temps des troubles ne perdent jamais l’espoir.

Kristin parle d’elle-même et de son œuvre :

  • La réponse la plus logique de ce qui influence l’art et le changement du style de l’écrivain serait la prise de connaissance des livres d’autres écrivains. Cependant le temps infléchis les discours des écrivains et n’en garde que ceux qui augurent l’avenir.

  • Je ne peux pas dire ce qu’un ouvrage de poèmes doit contenir pour être vrai. Toutefois, pour moi, il existe deux types de poésie. La première naît du vécu, tandis que la deuxième puise ses sources dans le langage. Je m’inspire de la première.

  • Pour moi, la prose est bonne, lorsque je me rends compte qu’il serait impossible de réitérer et de réécrire d’une meilleure manière le livre en question. Alors, j’éprouve une affliction enfiévrée qui emplit tout ce que j’aime.

  • Si l’on revenait quelques années en arrière, je vous dirais que dans ma philosophie de la réussite, la place de la chance est minime. Maintenant, je me rends compte qu’elle occupe une place importante. La chance est quelque chose dont on ne peut rien faire, après avoir pris soin du reste.

Le titre de mon recueil « Le jardin des espérances et la porte d’en face » est le juste milieu entre l’espérance et le retour sur soi-même. Je m’efforce d’atteindre le bonheur à chaque instant de la vie. Si l’avenir me réserve quelque chose de bon, je ne dirai pas non.


La femme céleste

Les yeux de la femme céleste

sont plus grands que des étoiles.

Elle mène le soleil par le bout du nez

et surtout elle garde la clef de la lune.

Cette clef elle la donne parfois, sans qu'on lui demande,

l'homme la prend avec curiosité et dégoût,

la fait tourner sous ses yeux,

avec migraine s'efforce de se rappeler ce qu'il a vu,

de se comprendre, de se conserver lui-même,

il tente d'offrir son âme, n'y parvient pas du premier coup

au moment où il entre une seconde fois

la clef se révèle fausse. Traduction Marie Vrinat

Plus d'articles...

Inscription à la newsletter

Anti Spam question: Quel est le nom de la capitale de Bulgarie?
Nom, Prénom :
Email:

eunic-logo-110x150.png

 22b0b1_859ddd120c3f4e718f6878e4b36d01a6.png

 logo_offi.gif

Téléchargez le programme ici:

JOURS FÉRIÉS 2017 :

 

Le 2 janvier 2017 Le 3 mars 2017
Le 14, 15, 16 et 17 avril 2017
Le 1, 6 et 24 mai 2017

Le 6 et le 22 septembre 2017

Le 25, 26 et 27 décembre 2017

 

Tous les samedis et dimanches

fblogo4
 

Copyright © 2015. All Rights Reserved.

Designed by: ALEXANDRE IVANOV