JANVIER-FÈVRIER 2014

27 Février2014 - 27 Mars 2014

 

EXPOSITION

Peintures et lithographies

 

Milko Bojkov

« Récits fabuleux»

 

Vernissage le 27 février 2014 de 19h à 21h

Du 27 février au 30 mars 2014, le peintre Milko Bojkov présente au public français son exposition de peintures et de lithographies « Récits fabuleux », dans la galerie de l’Institut culturel bulgare à Paris. Ses tableaux racontent des histoires fantastiques.

 

 

Chaque œuvre est un voyage spirituel dans le monde abstrait et imaginaire de Milko Bojkov. Ainsi, son art insolite et exceptionnel représente-t-il un tout univers inexploré, curieux et fascinant, des images non-figuratives, colorées chaleureusement, qui évoquent un monde fantastique et merveilleux aux scènes fabuleuses. Pour son talent, Milko Bojkov est surnommé par son public «Le parolier».


 

 

Milko BOJKOV est né en 1953 à Ressène, Bulgarie. Diplômé en 1978 à l’Académie nationale des Beaux-Arts à Sofia. En 1982 il a séjourné à la Cité internationale des Beaux-Arts à Paris. Il a plus de 100 expositions personnelles en Bulgarie, en Pologne, République tchèque, Slovaquie, Russie, Autriche, Suisse, Luxembourg, Pays-Bas, Suède, Allemagne et en France. Milko Bojkov a participé à des nombreuses expositions collectives et biennales en Bulgarie, Etats-Unis, Mexique, Venezuela, Brésil, Japon , Malaisie, Danemark, Norvège, Suède, Finlande, Belgique, Pays-Bas, Allemagne, France, Espagne, Italie, Suisse, République tchèque, Slovaquie, Hongrie, Pologne, Russie, l'ex-Yougoslavie. Il a obtenu des prix en peinture en Bulgarie, Slovaquie, Yougoslavie, Pologne, France, Russie, Japon, États-Unis. Des œuvres de Milko Bojkov appartiennent à la Bibliothèque du Congrès à Washington, Etats-Unis, le Musée d’art à Portland, Etats-Unis, à la Bibliothèque nationale François Mitterrand à Paris, à la Galerie de la préfecture Kanagawa, Japon, au Musée d’art contemporaine Szczecin, Pologne, au Musée Nelimarkka - Alayarvi, Finlande, à la Galerie nationale des beaux-Arts à Prague, République tchèque, à la collection Peter Ludwig à Budapest, Hongrie, à la collection Hugo Voeten, Belgique; à la collection Svetlin Roussev à Sofia et à Pleven, à la Galerie nationale des beaux-Arts à Sofia et d'autres.


Le 14 Février 2014, 19h30

 

CONCERT

Quatuor de polyphonies bulgares a cappella

« Balkanes »

Mina, Milena, Marie et Martine: « Nos cœurs vagabonds trouvent dans les chants des Balkans l'expression de leurs musiques intérieures. »

www.balkanes.com

Entrée libre à la limite des places disponibles

 

Le Quatuor «Balkanes» est né en décembre 1996 de la rencontre de quatre jeunes femmes. Issues d’horizons différents, elles se sont réunies pour créer un répertoire original à partir des chants traditionnels des Balkans. Deux vraies Bulgares, lyonnaises d’adoption, et deux Lyonnaises, bulgares dans l’âme, se sont retrouvées, comme autour d’un feu, pour évoquer la vie d’autrefois, la nostalgie, l’amour. Tantôt mélancoliques ou espiègles, ces quatre femmes alternent subtilement la pureté angélique de leurs voix et les rythmes endiablés des mélodies pour défricher le riche répertoire bulgare, celui des chants de la terre puisés aux sources de la tradition orale. Quatre voix féminines, aux timbres fascinants s’enchevêtrent, s’envolent, effleurent les cimes ou glissent vers les graves les plus sombres, pour s’immerger dans un univers musical chatoyant, venu d’ailleurs. Elles offrent généreusement des histoires aux accents tragiques et des récits pleins d’humour, ciselant la tradition à leur image. Les belles voix de Mina, Milena, Marie et de Martine se répondent ou s'entremêlent, donnent du corps à ces airs déjà pleins d'émotions. Une présence en scène exceptionnelle et un vrai sourire chaleureux. En 13 ans, les Balkanes ont atteint la maîtrise absolue de leurs voix et de la mise en jeu de cette musique bulgare. Tout cela, dans une interprétation vivante faisant de chaque chanson une petite scène et de ce concert un vrai spectacle noble, tout en sobriété et en émotion. On sent la mélancolie, la tristesse, la déploration ou la joie dans ces chants dont les textes fleurent les senteurs de jardins fleuris de jeunes filles en fleurs à l’ombre ou au soleil, jardins secrets, des délices, du supplice de l’exil d’un Éden rêvé, éphémère face au jardin éternel. Tirés de recueils d’ethnomusicologues, à partir d’une musique traditionnelle à mi-chemin de Byzance et de la Byzance du nord, enracinés originellement et originalement dans les Balkans, ces chants arrangés ou recrées par les quatre Balkanes sont en perpétuelle évolution : vrai mouvement de la tradition vivante.

QUATUOR BALKANES. Biographies des chanteuses

Après un cursus de solfège et de piano classique en école de musique, Martine SARAZIN, française, s’est formée auprès de différents chefs de chœurs tels que Jean Sourisse, Fernando Eldoro, J.E Dähler. Elle a étudié également le violoncelle à l’ENM de Villeurbanne dans la classe d’Isabelle Sauzeau et a joué, pendant huit ans, dans l’orchestre symphonique de Lyon-Villeurbanne, sous la direction de Laurent Pillot. Elle a découvert la richesse des musiques traditionnelles lors d’un stage de chant ethnique. Dès lors, elle a suivi de nombreuses formations de perfectionnement avec Borys Cholewka, Laurence Mamman, Martina Catella, Tzvetanka Varimezova. Enseignante de profession, elle a une grande expérience de pédagogue auprès des enfants, mais aussi auprès d’un public adulte, en tant que chef de chœur. Depuis décembre 1996, elle fait partie du quatuor Balkanes, polyphonies bulgares a cappella, avec lequel elle tourne en France et à l’étranger et co-anime des ateliers vocaux à destination de tous les publics. Toujours plus consciente du lien direct entre voix et énergie, elle continue de se former aux pratiques énergétiques (Qi Gong) et méditatives.

Marie SCAGLIA, française, a travaillé la voix au Roy Hart Théâtre avec Akhmatova Samuels et a suivi une formation musicale aux Ateliers Chansons de Villeurbanne. Elle s'intéresse vivement aux répertoires méditerranéens, et se passionne pour la musique des Balkans. Elle se forme à des pratiques énergétiques explorant les différentes techniques de mise en rapport du corps et de la voix. Elle suit des formations ponctuelles en chant auprès de chanteurs comme Tzvetanka Varimezova en chant bulgare, Iegor Reznikoff en chant sacré et Frédéric Tavenier-Vellas en musique byzantine. Depuis 1996, elle fait partie du quatuor Balkanes, polyphonies bulgares a cappella.

 

Bulgare et citoyenne française, Milena ROUDEVA est issue du Conservatoire Supérieur d'Art Dramatique de Sofia, et a travaillé huit ans comme comédienne au Théâtre National de Vratza en Bulgarie. Elle a suivi également une formation classique de piano et de chant à l'Ecole Nationale de Musique de Sofia. Passionnée par le chant polyphonique, elle compose et réalise des arrangements pour le quatuor BALKANES, polyphonies bulgares a cappella, formé en 1996. Depuis 2002, elle travaille également avec Henri AGNEL, musicien, auteur et compositeur de culture franco marocaine, et participe à de nombreux programmes explorant les répertoires méditerranéens – musiques anciennes des trois religions: musulmane, chrétienne et judéo-espagnole, mais aussi à des programmes de musiques médiévale française et contemporaine. Avec la Cie Henri AGNEL et le quatuor Balkans elle tourne en France et à l’étranger.

 

Bulgare et citoyenne française, Milena JELIAZKOVA commence ses études de piano et de chant à l'âge de six ans auprès de Kristina Boeva. Après huit ans de formation classique dans son pays, elle s'est consacrée au rythm & blues pendant trois ans, et a redécouvert, en France, avec BALKANES, quatuor de polyphonies bulgares a cappella, le chant traditionnel bulgare et l'univers des chants sacrés slavons et byzantins. Diplômée de l'ARSEC (DESS de management culturel), elle a mené des recherches sur le chant traditionnel bulgare en tant que vecteur de conservation de l'identité collective bulgare, et a travaillé comme assistante du directeur de l'Amphithéâtre de l'Opéra de Lyon et pour l'Ensemble de musique baroque Le Concert de l'Hostel Dieu, en tant que chargée de communication et de diffusion. Milena chante depuis treize ans au sein du quatuor Balkanes qui se produit sur des scènes nationales et internationales en France, Suisse, Italie, Bulgarie, Tunisie, Allemagne... et lors de nombreux festivals. Ses goûts musicaux éclectiques l'ont amenée à s'intéresser de plus en plus aux chants traditionnels du monde en général et aux techniques de chant diverses qui s'y attachent. Depuis 2006, elle chante également au sein du trio Karminn – musiques imaginaires d'Europe. Elle fait partie aussi de la Cie Henri AGNEL qui explore les répertoires méditerranéens médiévaux et contemporains et avec laquelle elle tourne en France et à l'étranger. Elle compose pour les trois ensembles et co-anime de stages vocaux à destination de tous les publics.

Le 6 Février 2014 à 19h30

 

PROJECTION DU FILM DOCUMENTAIRE

«I Like Music. Alexis Weissenberg»


 

Itinéraire d’Alexis Weissenberg, le grand pianiste du charisme «grand public» de la seconde moitié du XXe siècle.

De Lugano, où il a résidé, à Paris, où il a vécu longtemps, sans oublier Sofia, où on le voit revisiter sa maison.

Film documentaire. Coproduction de la Télévision nationale de Bulgarie et la Télévision de la Suisse. 1h30’ 2000.

Réalisateurs: Mando Bernardinillo et Osvaldo Tritten

 

 

 

Alexis WEISSENBERG naît dans une famille juive à Sofia en 1929. Il débute le piano à l’âge de trois ans avec Pancho Vladiguerov. À huit ans, il donne son premier concert et débute une carrière en Turquie, en Égypte, en Palestine et en Afrique du Sud. En 1946 et 1947 il travaille à New York à la Julliard School avec Olga Samaroff. En 1947 il est lauréat du prestigieux Concours International Leventritt, et fait ses débuts à Carnegie Hall avec l’Orchestre Philharmonique de New York dirigé par George Szell et l'Orchestre de Philadelphia sous la direction d'Eugène Ormandy. En 1965, un film avant-gardiste signé Åke Falck, assistant de Bergman, saisit Weissenberg, à Stockholm, dans les trois mouvements de Petrushka de Stravinsky. La version est saisissante. Von Karajan, subjugué par le pianiste, l’invite immédiatement à se produire avec sa Philharmonie de Berlin. En 1966, après quelques années de recul par rapport aux grandes scènes internationales, Weissenberg fait une rentrée très remarquée à Paris en 1966 puis à New York avec l'Orchestre Philharmonique; la même année, il donne le Premier Concerto de Tchaïkovski à Berlin sous la direction de Herbert von Karajan, qui disait de lui qu’il était « un des meilleurs pianistes de notre temps ». Sa carrière internationale le mène en Amérique Centrale, en Amérique du Sud, en Israël, en Afrique, aux États-Unis et en Europe (Paris, Vienne, Madrid, Milan). Alexis Weissenberg a également enseigné et donné des masters classes dans le monde entier. Il a fondé la Alexis Weissenberg’s Piano Master Class à Engelberg (Suisse), où il a accueilli de nombreux pianistes de la nouvelle génération comme Kirill Gerstein, Simon Mulligan, Nazzareno Carusi, Cédric Tiberghien, Ido Bar Shai, François Weigel. Souffrant de Parkinson, le pianiste français d’origine bulgare est décédé à l’âge de 82 ans dans sa maison de Lugano en Suisse. Technicien hors pair et homme de communication, il aimait offrir le répertoire classique au plus grand nombre. Grand pianiste et homme d'une vive intelligence. Un talent qui côtoiera les plus grandes baguettes comme William Steinberg, Georges Szell, Sergiu Celibidache, Eugène Ormandy, Victor de Sabata, Lorin Maazel, Claudio Abbado, Stanislaw Skrowaczewski, Seiji Ozawa, Leonard Bernstein, Georges Prêtre, Herbert von Karajan, Carlo Maria Giulini ou bien encore Georg Solti. A son répertoire, Beethoven, Brahms, Debussy, Schumann, Tchaïkovski et Liszt notamment, mais aussi Chopin, Rachmaninov et Bach.


Le 30 Janvier 2014, 19h30

 

RÉCITAL DE PIANO

 

Thibault LEBRUN – piano

Entrée libre à la limite des places disponibles


Le Concert est organisé en collaboration de l’Association « Les Amis de la Musique et de la Terre »


Programme. Au programme: Mozart. Sonate en do mineur KV 557 ; Beethoven. Sonate op. 31 n° 1 en Sol Majeur; Liszt. 2ème Ballade; Debussy. 2ème Cahier d'images. Cloches à travers les feuilles. Et la lune descend sur le temple qui fut. Poissons d'Or.

 

Jeune pianiste franco-américain de 21 ans, Thibault Lebrun vit à Paris où il étudie au Conservatoire National Supérieur de Musique de Paris (CNSMDP) dans la classe de Denis Pascal, Laurent Cabasso et Varduhi Yeritsyan. Il débute le piano au Conservatoire à Rayonnement Régional (CRR) de Rueil-Malmaison avec Catherine Bertoix avant d’entrer au CRR de Paris dans la classe d’Anne Lise Gastaldi. En 2008 il y obtient son Diplôme d’Etudes Musicales (DEM) avec les Félicitations du Jury en même temps qu’un Bac Scientifique mention Très Bien. Thibault intègre ensuite le CNSM de Paris. Parmi les maîtres avec lesquels il a travaillé, on peut citer Michel Béroff, Akiko Ebi, Eric Heidseick, Marie-Josèphe Jude, J. François Heisser, Eric Lesage, Jacques Rouvier, Rena Shereshevskaya et Chantal Stigliani. Thibault Lebrun a déjà été primé dans de nombreux concours nationaux et internationaux (Concours Flamme, Ile de France, Collioure, C.I.M de Val d’séré) ; en 2012 il est lauréat du Concours International de Montrond Les Bains, finaliste du Concours International Jean Françaix et 1er prix 1er nommé au Concours Music And Earth de Sofia, Bulgarie. En 2013, il est le lauréat de la Fondation de France et reçoit le prix Drouet-Bourgeois. Il remporte également le 1er prix de piano du Concours Bellan 2013 et se voit décerner le Prix Beethoven au 9ème International Piano Meeting de San Daniele en Italie. Thibault se produit régulièrement à Paris et en province aussi bien en récital qu‘en musique de chambre (Festivals Jeunes Talents, La Clé des Portes, l’Eure première Scène, Musée Debussy…) et l’on a aussi pu l’entendre sur les radios russe (Orpheus) et bulgare. En mai 2012, il joue la Rhapsody in Blue de Gershwin avec l’orchestre symphonique du CRR de Rueil-Malmaison et en 2013 le 12ème Concerto en La majeur de Mozart à San Daniele en Italie.

 

Thibault est également bassoniste et étudie l’harmonie dans la classe de Cyrille Lehn au CNSMDP.

17 janvier2014 - 22 février2014

 

EXPOSITION

Peintures

JACQUES GRINBERG

« A la force des pinceaux »

 

Vernissage le 16 janvier 2014 de 19h à 21h

www.jacquesgrinberg.com


L’exposition A la force des pinceaux propose un aperçu de l’œuvre considérable produite par cet infatigable travailleur, qui laisse derrière lui des milliers de créations. Préparée par l’association l’Homme bleu, elle vous permettra de découvrir une sélection d’une trentaine d’œuvres extraites de la collection de l’artiste.

Le peintre Jacques Grinberg est né en Bulgarie en 1941 et a passé son enfance à Sofia. Vers 1954, sa famille part pour Israël. Très tôt attiré par la peinture, il étudie durant trois années à l’Avni Art Institute de Tel Aviv. En 1961, il choisit de partir pour Paris. Il emménage dans une petite colonie d’artistes, rue d’Alesia et fréquente le quartier Montparnasse. Âgé d'une vingtaine d'années seulement, il se fait remarquer alors par son langage virulent ainsi que par la maîtrise de son expression picturale Certains critiques d’art le considèrent alors comme l’un des pionniers de la Nouvelle figuration. Il expose pour la première fois à la Chemerinsky Art Gallery en 1961.

 

 

Le galeriste Jo Verbrugghen le remarque et organise la première exposition personnelle de Grinberg à la galerie Kaleidoskoop, Gand. À 23 ans, il entre à la galerie d’André Schoeller junior (Paris) qui lui prépare plusieurs expositions personnelles. Il restera sous contrat avec ce marchand de 1964 à 1970. Durant cette même période, il expose seul à la Greer gallery de New-York et participe à de nombreuses expositions collectives en Suisse, à Paris, à Ibizza mais aussi en Autriche, en Yougoslavie et aux Pays-Bas. Promoteur d’une approche figurative renouvelée, il se fait également remarqué dans les Salons. Lors de ces rendez-vous artistiques, il expose en même temps que Maryan S. Maryan, Paul Rebeyrolle, et Saura mais aussi Eduardo Arroyo, Segui, Tisserand et également Telemaque, Monory. En 1973, il présente des lithographies à la Bibliothèque nationale de France puis à la galerie de France, avec notamment Alechinsky, Erro, Jorn, Matta et Topor. À cette époque, il voyage au Mexique, en Grèce. Il vit et travaille également quelque temps à Londres. L’œuvre de Jacques Grinberg touche alors un public enthousiaste et ses expositions bénéficient d’un large écho médiatique. Grinberg revient en France en 1987. Il renoue avec Cérès Franco, amie de vingt ans et directrice de la galerie l’œil de Bœuf à Paris. La période suivante, Jacques Grinberg se consacre de façon exclusive à la création. Sa production picturale est sûre et intense. Il commence à écrire et fait imprimer de nombreux recueils. En 1997, ses gravures sont exposées à la galerie Jacques à Ann Arbor aux États-Unis. Et la galerie Idées d’artistes lui organise ce qui sera sa dernière exposition personnelle. Certaines de ses œuvres continuent à être régulièrement présentées à travers la France lors des expositions publiques de la collection Cérès Franco. En 2008, la Galerie Polad-Hardouin, souhaitant rendre un hommage aux peintres de la Nouvelle figuration des années 1960, organise une exposition manifeste intitulée Nouvelle figuration. Acte III. Jacques Grinberg y expose des œuvres de cette époque aux côtés notamment de Pinchas Burstein (Maryan), Macréau, Rebeyrolles, Saura, John Christoforou, Lindström. Fermement indépendant et fou de peinture, il continue librement ses recherches en se renouvelant sans cesse jusqu’à son décès survenu le 31 mai 2011.


Plus d'articles...

Inscription à la newsletter

Anti Spam question: Quel est le nom de la capitale de Bulgarie?
Nom, Prénom :
Email:

eunic-logo-110x150.png

 22b0b1_859ddd120c3f4e718f6878e4b36d01a6.png

 logo_offi.gif

Téléchargez le programme ici:

JOURS FÉRIÉS 2017 :

 

Le 2 janvier 2017 Le 3 mars 2017
Le 14, 15, 16 et 17 avril 2017
Le 1, 6 et 24 mai 2017

Le 6 et le 22 septembre 2017

Le 25, 26 et 27 décembre 2017

 

Tous les samedis et dimanches

fblogo4
 

Copyright © 2015. All Rights Reserved.

Designed by: ALEXANDRE IVANOV