MARS-AVRIL 2015

Au programme : des œuvres de Ludwig van Beethoven, Frédéric image045François Chopin, Astor Piazzolla, George Gershwin
Le pianiste Ivan YANAKOV est titulaire d’un diplôme de piano de l’École nationale de musique « LubomirPipkov » en Bulgarie. Ensuite, il décide de s’installer à New York où il  fait des études supérieures au Mannes College of Music. Yanakov est gagnant de nombreux concours internationaux. Il a joué comme soliste avec des orchestres en Europe et en Asie, le Tokyo Metropolitan Arts Centre, Kitara Hall à Sapporo, et Weill Recital Hall du Carnegie Hall. Pianiste talentueux, Ivan Yanakov endosse de plus en plus le rôle de chef d’orchestre. Il fait ses débuts il y a quelques années avec l’Orchestre symphonique national tchèque. Ivan Yanakov se produit dans plus de 30 pays aux quatre coins du monde et notamment au Japon, en Chine, à Hong Kong, en Italie, en Allemagne, en Angleterre et aux États-Unis. En 2001, Ivan Yanakov se produit sur la scène du Carnegie Hall en tant que lauréat du concours « Artists International Series ». Il a acquis une spécialité de musique de chambre avec Tokyo String Quartet et avec le célèbre violoniste PinchasZukerman. Depuis quelque temps Yanakov  vit à Hong Kong.

www.ivanyanakov.com
Facebook FANPAGE
Cette adresse email est protégée contre les robots des spammeurs, vous devez activer Javascript pour la voir.

Concert musique classique
Ivan Yanakov, piano
le 25 Avril à 20h00.
Église St-Merri,
76, rue de la Verrerie
75004 Paris
Entrée des concerts : 76, rue de la Verrerie ou 78, rue Saint Martin

Au programme : des œuvres de Ludwig van Beethoven, Frédéric François Chopin, Astor Piazzolla, George Gershwin

altLe pianiste Ivan YANAKOV est titulaire d’un diplôme de piano de l’École nationale de musique « LubomirPipkov » en Bulgarie. Ensuite, il décide de s’installer à New York où il  fait des études supérieures au Mannes College of Music. Yanakov est gagnant de nombreux concours internationaux. Il a joué comme soliste avec des orchestres en Europe et en Asie, le Tokyo Metropolitan Arts Centre, Kitara Hall à Sapporo, et Weill Recital Hall du Carnegie Hall. Pianiste talentueux, Ivan Yanakov endosse de plus en plus le rôle de chef d’orchestre. Il fait ses débuts il y a quelques années avec l’Orchestre symphonique national tchèque. Ivan Yanakov se produit dans plus de 30 pays aux quatre coins du monde et notamment au Japon, en Chine, à Hong Kong, en Italie, en Allemagne, en Angleterre et aux États-Unis. En 2001, Ivan Yanakov se produit sur la scène du Carnegie Hall en tant que lauréat du concours « Artists International Series ». Il a acquis une spécialité de musique de chambre avec Tokyo String Quartet et avec le célèbre violoniste PinchasZukerman. Depuis quelque temps Yanakov  vit à Hong Kong.

 

www.ivanyanakov.com

Facebook FANPAGE

Cette adresse email est protégée contre les robots des spammeurs, vous devez activer Javascript pour la voir.

Normal 0 false false false false EN-US X-NONE X-NONE

CE CONCERT EST ORGANISÉ PAR L’INSTITUT CULTUREL BULGARE
 ET
MUSIQUE SACRÉE À NOTRE-DAME DE PARIS


Le chœur "JoanKukuzel" a été créé à l'automne 1967. Le chœur a permis de faire connaître Saint Joan Kukuzel et le chant liturgique orthodoxe bulgare, qui occupent une place distincte dans l'art bulgare, européen et mondialSes concerts aux festivals de musique  ancienne à Paris, Avignon, image039Stary Sącz, Edinbourg, Bydgoszcz, Częstochowa, Rome, Hajnówka, Prague, Cracovie, Saint Petersburg, Moscou, Novisad et Belgrade démontrent son prestige international. Grâce à ses concerts et enregistrements lePhoto Victor Victorov
chœur œuvre activement pour la recherche et la restauration des œuvres musicales anciennes de la Bulgarie.Les interprétations du chœur sont souvent utilisées dans les films historiques. Il participe aussi fréquemment à des spectacles d'opéra en Bulgarie et à l'étranger.Pour la maitrise de son art l'ensemble vocal a eu l'honneur de se produire devant le président autrichien au palais Hofburg à Vienneet à Rome devant le président italienIl a aussi chanté devant Sa Sainteté le pape Ioan Paul II au Vatican aussi bien qu'au cours de l'audience publique sur la place Saint-Pierre devant des milliers de fidèles venus du monde entier (le 23 mai 1985), à l'automne de la même année dans la salle "Paul VІ" et dans la basilique "Saint Pierre" du Vatican. Vingt ans plus tard, "Joan Kukuzel" chante encore une fois devant le Pape, au cours de sa première visite historique à Sofia, en Bulgarie orthodoxe.Nombreux sont les mélomanes qui ont eu la joie d'écouter les concerts de l'ensemble vocal à Chypre, en Grèce, Serbie, Slovaquie, République tchèque, Hongrie, Pologne, Pays-Bas, Allemagne, Danemark, France, Portugal, Malte, Italie, Belgique, Royaume-Uni. Le 30 novembre 2006 le chœur "Joan Kukuzel" a donné un concert dans la basilique "Sainte-Marie-Majeure" de Rome, enregistré par Radio Vaticanqui a produit un disque à l'occasion.Le chœur "Joan Kukuzel" se base sur les traditions musicales fondées par Joan Kukuzel et recherche une interprétation authentique de la sensibilité médiévale. La musique liturgique est une philosophie et tous ses sons sont une quête de la grandeur du monde et du sens de l'existence humaine.

Le chœur est dirigé par un de ses fondateurs – Dimitar image041DIMITROV, maitre de conférences. Il a fait ses études au Séminaire de théologie et à l'Académie de musique de Sofia. Il enseigne la Musique liturgique à la faculté de Théologie et il dirige le Chœur mixte représentatif de la cathédrale "Saint Alexandre Nevsky" à Sofia.C'est un artiste infatigable qui a su rester fidèle à l'interprétation authentique de la musique liturgique orthodoxe.
Saint Joan Kukuzel(en grec ΙωάννηςΚουκουζέλης, en bulgare ЙоанКукузел) est un saint bulgare, chantre, compositeur, théoricien et réformateur de la musique liturgique image043hautement vénéré. Il serait né en 1280 à Durrës qui se trouvait aux confins occidentaux de l'État bulgare médiéval. Il étudie le chant liturgique à l'École impériale de Constantinople, puis il se retire dans le monastère de la Grande Laure du mont Athos, où il travaille jusqu'à la fin de ses jours. Il est un chantre inspiré, un pédagogue vocal, grand théoricien et compositeur d'une sensibilité rare. On lui doit deux grandes réformes – il introduit la polyphonie et il perfectionne l'ancien système de notation byzantine.On apprend de son hagiographie datant de la fin du 14e siècle, dont une copie est conservée à la Bibliothèque nationale "Saints Cyrille et Méthode" à Sofia, qu'il compose environ 90 œuvres, parmi lesquelles la plus célèbre est le Polyéléos de la femme bulgare, dédié à sa propre mère.Le chant polyphonique créé par Saint Joan Kukuzelcontient des formes mélodiques complexes aux multiples ornements. Ses œuvres sont riches et variées et les critiques les qualifient de belcanto liturgique ou de chant lyrique. Il introduit des intonations bulgares dans la musique byzantine.Les formes subtiles de ses œuvres musicales nécessitaient de nouveaux signes de notation pour indiquer la manière de les interpréter. La notation de Saint Joan Kukuzel perdure jusqu'au début du 19e siècle quand fut introduite la notation moderne.Il était doté d'une voix d'une beauté exceptionnelle et ses contemporains l'avaient surnommé Angeloglasni, «celui qui a une voix d'ange». Pour son talent exceptionnel il avait aussi obtenu les titres de Grand Maître et Maître des maîtres.Il meurt en 1360.Canonisé par le Patriarcat de Constantinople, l'Église orthodoxe bulgare célèbre sa fête le 1er octobre.

Concert
Chants liturgiques orthodoxes
Chœur de chambre masculin «Joan Kukuzel»
Le 16 avril à 20h30
La Cathédrale Notre-Dame de Paris

 

Une manifestation, organisée par les galeries bulgares « Sredets » et « Finesse » et l’Institut culturel bulgare. Le format de cette exposition est réalisé pour la première fois en avril 2013 à la GaleriadegliUffizi à Florence, Italie à l’initiative du ministre de la culture de Bulgarie, le sculpteur bulgare VejdiRachidov avec la participation de douze artistes bulgares.
 Autoportrait de David PeretzTrente-trois artistes peintres bulgares sont invités à participer à ce projet, dont l’idée est de présenter d’une certaine manière l’image de l’art contemporain bulgare. L’exposition « Trente-trois autoportraits des artistes bulgares contemporains » forme une collection des images des artistes d'eux-mêmes - un véritable exercice d'introspection, une forme de journal intime de réalisme intense, l’univers intime des artistes parfois ironique, parfois sentimentale.Une amalgame des conclusions sur le monde et soi-même. Les participants sont de très forte personnalité et d’une biographie professionnelle très riche. Leurs œuvres se trouvent dans les plus grands musées et galeries bulgares et étrangers, ainsi dans beaucoup de collections privées. Les premiers autoportraits des artistes bulgares apparaissent lors de l’époque de la renaissance bulgare: ZahariZograf, Stanislav Dospevski, Nikolaï Pavlovitch. La tradition de l’autoportrait est forte et elle est suivie par les plus grands peintres bulgares tels Nikola Petrov, ElisavetaKonsulova-Vazova, TsankoLavrenov, Vladimir Dimitrov-Maystora, Ilya Petrov, ZlatioBoyadjiev, StoyanVenev

«Trente -trois»
Exposition des autoportraits des trente-trois artistes peintres bulgares contemporains
Du 17 Avril au 15 Mai
Institut culturel bulgare
 Entrée libre

 

 

image031Des témoignages documentaires, qui font revivre l’itinéraire des expositions des trésors archéologiques, en provenance des Royaumes des Thraces. Au fil des décennies des pièces d’or hors du commun, conservées dans les plus grands musées de Bulgarie, ont été exceptionnellement réunies pour offrir l’image riche de la civilisation des Thraces devant le public des différents pays.
L’histoire commence en 1958, lorsque ces trésors ont impressionné les visiteurs du Musée d’Ethnographie de Neuchâtel en Suisse. Pour la première fois en Europe on commence à parler de ce phénomène – la civilisation desThraces. Paris l’accueille en mai 1974 au Petit Palais. C’est grâce à cette manifestation prestigieuse, que les trésors thraces entreprennent leur voyage à travers le monde. Une équipe des spécialistes bulgares des Archives nationales de Bulgarie, de la Nouvelle Université et de l’Université de bibliothéconomie a effectué des recherches et réalisé cette exposition documentaire: Prof. Valéria Fol, Galina Pindikova, MihaïlTanev et Oleg Konstantinov. Grâce à leur travail et l’apport des premiers chercheursthracologues: Prof. Ivan Venedikov, Prof. Alexandre Fol, Prof. VelisarVelkov, Prof. Georgi Mihaylov, vingt-six tableaux, affiches originales et catalogues sont réunis et mis en valeur dans la galerie de l’Institut culturel bulgare du 1 au 12 avril 2015.
Les ethnies des Thraces font en Europe l'une des plus anciennes civilisations. Le nom Thraces (Traki) apparaît pour la première fois dans le second chant de l’Iliade d'Homère. La période chronologique de l'Iliade est de 1 600 à 1 200 avant notre ère. Le cœur de leur territoire se trouve sur la partie centrale de la péninsule des Balkans - la Bulgarie actuelle, bien que leur présence soit attestée jusqu'en Égypte et en Asie Mineure. Les études sur cette grande civilisation ont été entreprises il y a tout juste quelques décennies.


image032Prof. Dr. Sc., Dr. Valeria FOL est historienne et professeur en histoire ancienne et thracologie, Directrice de l’Institut de recherches dans le domaine du patrimoine culturel et historique à l’Université de bibliothéconomie et science informatiques, chercheur au Centre de Thracologie auprès l’Académie bulgare des sciences. Valeria Fol a écrit plusieurs ouvrages, parmi lesquelles les monographies «La roche, le cheval et le feu. Le début des rites thraces» (1993), «La Sainte oubliée» (1996), « Des monuments mégalithiques et des roches en Thrace Ancienne» (2000), «La Thrace antique. Le silence parle» (2003), «Les topoi de foi de roche dans la région méditerranéenne de l’est et dans le Proche-Orient pendant l’Antiquité» (2007), «Orpheus, le Thrace» (2008). Elle a également participé aux ouvrages collectifs des livres «Le kourker sans masque » (1993), «Feu et musique» (2000), «Thrace Ancienne» (2000), «Bulgaria. Historyretold in brief » (1999), «The Thracians» (2005), «The Deities of the Thracians» (2010), “The Thracian Kings” (2014). Spécialiste de thracologie Valeria Fol était directrice scientifique et commissaire de l’exposition ‘’l’Or des Thraces’’ au Musée Jacquemart-Andrée, à Paris en 2006. En 2010 Valeria Fol a reçu le prix spécial « Pythagore » dans le domaine scientifique du patrimoine culturel par le Ministère de la Culture et le Ministère de l'Éducation et de la Science de Bulgarie (2014).

«Le voyage des expositions thraces à travers le monde » -Exposition

«Les Royaumes des Thraces – au-delà de la légende» -Conférence de Prof. Valeria Fol

 

Institut culturel bulgare

Entrée libre

image023Guéorgui GOSPODINOV, né en 1968, est l’un des auteurs phares de la jeune génération des écrivains bulgares. Il est l'auteur de deux romans dont le premier, «Un Roman naturel», traduit dans une vingtaine de langues, a renouvelé profondément la prose bulgare; de nouvelles (L'Alphabet des femmes); de recueils de poèmes, de deux pièces, d'essais (Les crises invisibles). Il est aussi critique littéraire, collaborateur aux journaux.
Son second roman «Physique de la tristesse»(2011), traduit et publié en italien, en anglais et en allemand, a reçu le prix «Helikon» et le prix de la Fondation « Treize siècles » (2013). Le roman a été nominé pour plusieurs prix européens prestigieux. Il paraîtra en français dans la traduction de Marie Vrinat aux éditions «Intervalles», collection Sémaphores, début mars 2015. GuéorguiGospodinov a édité les recueils «J'ai vécu le socialisme, 171 histoires personnelles»(2006) et «Inventaire du socialisme»(2006), catalogue d'objets quotidiens dans la Bulgarie de 1956- 1989.

image025
La plupart de ses œuvres ont été rééditées en Bulgarie. Guéorgui a reçu plusieurs prix nationaux et est, à ce jour, il est l'écrivain bulgare contemporain le plus traduit.Paru en français:«Un roman naturel», roman traduit du bulgare par Marie Vrinat, Phébus, 2002; «L'Alphabet des femmes», récits traduits du bulgare par Marie Vrinat, Arléa, 2003, réédité en poche, 2014; Quatre poèmes traduits par Marie Vrinat et Ralitza Frison-Roche, parus dans Ciel nocturne, douze poètes et nouvellistes bulgares et français (bilingue), Paris, éditions l’Inventaire et association Balkans Transit, 2006; «O'Henry», récit traduit par Marie Vrinat, paru dans «Concerto pour phrase»: 17 récits bulgares contemporains, HB éditions, 2008. «Et tout devint lune», récit traduit par Marie Vrinat, paru dans «Espaces»: fictions européennes Observatoire de l'Espace / CNES, 2008. «D.J.», pièce traduite du bulgare par Marie Vrinat, Paris, Leo Scheer, La Revue littéraire, N°37, été 2010; «Thé à la cerise», nouvelle, in «Sans faucille ni marteau». Peter Lang, 2013.

image028Marie VRINAT-NIKOLOV, ancienne élève de l’École Normale supérieure de Sèvres, agrégée de Lettres classiques, professeur des universités en langue et littérature bulgares à l’INALCO, Paris, est l’auteur de manuels de bulgare, ainsi que de nombreux articles et ouvrages sur l’histoire de la littérature bulgare, l’histoire de la traduction en Bulgarie et la pensée de la traduction littéraire. Elle a traduit en français plusieurs écrivains bulgares, tels que Yovkov, Y. Raditchkov, Tzv. Stoyanov, V. Moutaftchieva, Iv. Petrov, Iv. Borislavov, S. Sevan, V. Paskov, G. Gospodinov, E. Dvorianova, A. Popov, T. Dimova, et a reçu des prix et distinctions pour son activité de traduction et de rayonnement de la culture bulgare en France.
Les éditions «Intervalles», fondées et dirigées par Armand de Saint-Sauveur, sont une maison d'édition indépendante. Elles publient de la littérature et des livres de photographies dans un esprit de découverte qui fait la part belle au voyage, aux parcours singuliers, à l’engagement, à la rencontre des cultures. «Physique de la mélancolie» paraîtra dans la collection Sémaphores (INALCO/Intervalles).

GuéorguiGospodinov et son roman «Physique de la mélancolie»

Soirée dédicace

Le 25 Mars 19h00

Galerie de l’l’Institut culturel bulgare

Entrée libre

Plus d'articles...

Inscription à la newsletter

Anti Spam question: Quel est le nom de la capitale de Bulgarie?
Nom, Prénom :
Email:

eunic-logo-110x150.png

 22b0b1_859ddd120c3f4e718f6878e4b36d01a6.png

 logo_offi.gif

Téléchargez le programme ici:

JOURS FÉRIÉS 2017 :

 

Le 2 janvier 2017 Le 3 mars 2017
Le 14, 15, 16 et 17 avril 2017
Le 1, 6 et 24 mai 2017

Le 6 et le 22 septembre 2017

Le 25, 26 et 27 décembre 2017

 

Tous les samedis et dimanches

fblogo4
 

Copyright © 2015. All Rights Reserved.

Designed by: ALEXANDRE IVANOV