image023Guéorgui GOSPODINOV, né en 1968, est l’un des auteurs phares de la jeune génération des écrivains bulgares. Il est l'auteur de deux romans dont le premier, «Un Roman naturel», traduit dans une vingtaine de langues, a renouvelé profondément la prose bulgare; de nouvelles (L'Alphabet des femmes); de recueils de poèmes, de deux pièces, d'essais (Les crises invisibles). Il est aussi critique littéraire, collaborateur aux journaux.
Son second roman «Physique de la tristesse»(2011), traduit et publié en italien, en anglais et en allemand, a reçu le prix «Helikon» et le prix de la Fondation « Treize siècles » (2013). Le roman a été nominé pour plusieurs prix européens prestigieux. Il paraîtra en français dans la traduction de Marie Vrinat aux éditions «Intervalles», collection Sémaphores, début mars 2015. GuéorguiGospodinov a édité les recueils «J'ai vécu le socialisme, 171 histoires personnelles»(2006) et «Inventaire du socialisme»(2006), catalogue d'objets quotidiens dans la Bulgarie de 1956- 1989.

image025
La plupart de ses œuvres ont été rééditées en Bulgarie. Guéorgui a reçu plusieurs prix nationaux et est, à ce jour, il est l'écrivain bulgare contemporain le plus traduit.Paru en français:«Un roman naturel», roman traduit du bulgare par Marie Vrinat, Phébus, 2002; «L'Alphabet des femmes», récits traduits du bulgare par Marie Vrinat, Arléa, 2003, réédité en poche, 2014; Quatre poèmes traduits par Marie Vrinat et Ralitza Frison-Roche, parus dans Ciel nocturne, douze poètes et nouvellistes bulgares et français (bilingue), Paris, éditions l’Inventaire et association Balkans Transit, 2006; «O'Henry», récit traduit par Marie Vrinat, paru dans «Concerto pour phrase»: 17 récits bulgares contemporains, HB éditions, 2008. «Et tout devint lune», récit traduit par Marie Vrinat, paru dans «Espaces»: fictions européennes Observatoire de l'Espace / CNES, 2008. «D.J.», pièce traduite du bulgare par Marie Vrinat, Paris, Leo Scheer, La Revue littéraire, N°37, été 2010; «Thé à la cerise», nouvelle, in «Sans faucille ni marteau». Peter Lang, 2013.

image028Marie VRINAT-NIKOLOV, ancienne élève de l’École Normale supérieure de Sèvres, agrégée de Lettres classiques, professeur des universités en langue et littérature bulgares à l’INALCO, Paris, est l’auteur de manuels de bulgare, ainsi que de nombreux articles et ouvrages sur l’histoire de la littérature bulgare, l’histoire de la traduction en Bulgarie et la pensée de la traduction littéraire. Elle a traduit en français plusieurs écrivains bulgares, tels que Yovkov, Y. Raditchkov, Tzv. Stoyanov, V. Moutaftchieva, Iv. Petrov, Iv. Borislavov, S. Sevan, V. Paskov, G. Gospodinov, E. Dvorianova, A. Popov, T. Dimova, et a reçu des prix et distinctions pour son activité de traduction et de rayonnement de la culture bulgare en France.
Les éditions «Intervalles», fondées et dirigées par Armand de Saint-Sauveur, sont une maison d'édition indépendante. Elles publient de la littérature et des livres de photographies dans un esprit de découverte qui fait la part belle au voyage, aux parcours singuliers, à l’engagement, à la rencontre des cultures. «Physique de la mélancolie» paraîtra dans la collection Sémaphores (INALCO/Intervalles).

GuéorguiGospodinov et son roman «Physique de la mélancolie»

Soirée dédicace

Le 25 Mars 19h00

Galerie de l’l’Institut culturel bulgare

Entrée libre